POLITIQUE

Mesures sociales Covid-19 : Les Béninois dans un cirque de trompe l’œil, selon Restaurer l’espoir

Des mesures tardives, obsolètes et inadéquates au regard de l’ampleur et de la gravité d’une pandémie en pleine ascendance au Bénin. Ainsi se résume la position du parti Restaurer l’espoir (RE) de Candide Azannaï au sujet des mesures sociales prises par le gouvernement béninois le mercredi 10 juin dernier dans le but de soulager les populations dont les activités ont été touchées par la pandémie du coronavirus. Il l’a fait savoir à travers un communiqué publié en réponse au relevé du Conseil des ministres du 10 juin 2020. Selon le président Candide Azannaï, il est faux et injuste de faire croire que 74,12 milliards de FCFA pouvaient constituer la balance face aux désastres non sanitaires du Covid-19 en République du Bénin. « Le gouvernement a tord d’être à la fois tardif et inconsistant avec cette maigre annonce de 74,12 milliards de FCFA », a mentionné le communiqué. En effet, selon Restaurer l’espoir, il fallait, au bas mot, un plan significatif de riposte avec une mise initiale de 540 milliards de FCFA au minimum. Il s’agit d’une proposition faite par le parti depuis mars 2020 et qui recommandait aussi une reformulation en profondeur du Programme d’actions du gouvernement (PAG) en vue d’une nouvelle allocation des moyens budgétaires non encore engagés en les adaptant au contexte du Covid-19. De même, le RE avait demandé un réexamen du contexte politique afin de créer sans délai, les conditions d’un climat propice à l’union sacrée de tous les Béninois face à la tragédie du Covid-19. Enfin, le RE avait prévenu que cette pandémie amorcera subrepticement sa phase ascendante au Bénin et que les Béninois doivent prendre conscience de leurs insuffisances sur le Covid-19, afin de sortir de l’approche laxiste qui leur faisait assimiler la pandémie à de la tuberculose ou une simple grippe saisonnière. Des propositions qui n’ont pas été prises en compte. Et revenant aux mesures sociales, le parti RE les qualifie de disproportionnées et demandent les critères de choix des entreprises et des agences de voyages qui en bénéficieront en grande partie. Par ailleurs, le parti de Candide Azannaï dénonce l’absence de traçabilité à propos des ressources financières mobilisées par le Bénin auprès des institutions internationales depuis le début de la pandémie. Aussi, le parti lance-t-il l’appel à un observatoire national indépendant sur le Covid-19 au Bénin tant dans son aspect sanitaire que non-sanitaire. « Tout porte à croire qu’en République du Bénin, ce ne sont pas les femmes et les hommes qui sont atteints du Covid-19, mais les hôtels et les agences de voyage… », déplorent Candide Azannaï et son parti.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *